Devenir micro entrepreneur et réussir sa reconversion

Selon l’étude “Freelance in America” menée par le portail Freelances.org, plus de 53 millions d’américains exercent une activité en freelance*. Cela signifie que 34% de l’ensemble des actifs exerce déjà sa propre activité. Cette étude recense les personnes qui ont effectué des travaux complémentaires, temporaires et/ou contractuels au cours des 12 derniers mois. Les prédictions montrent que dans un court laps de temps, cette proportion devrait atteindre 50%. Cette tranche de la population active représente déjà 715 milliards dollars par an pour l’économie américaine.deveni

r micro entrepreneur

* Le terme anglais freelance signifie le travailleur indépendant ou auto-entrepreneur. Il peut s’auto-employer dans différentes entreprises ou proposer ses services à des clients de façon indépendante. 

 

Devenir micro entrepreneur

Est-ce une VRAIE bonne idée?

C’est une réalité, la nouvelle économie numérique est propulsée par des freelances. La plupart des freelances voit leur volume de travail augmenter chaque année et une grande partie d’entre-eux s’attend à travailler encore plus dans les années à venir. Cela laisse donc entrevoir un horizon professionnel plutôt serein pour celui qui a choisi d’exercer en travailleur indépendant.devenir micro entrepreneur

Mais pourquoi passer de salarié à freelance quand on a la garantie d’un contrat à durée indéterminée ? Pour beaucoup de personnes, le travail peut se transformer en véritable contrainte et même parfois tourner au cauchemar. Au contraire, et de façon presque unanime, ceux qui ont fait le choix de travailler en freelance ne regrette pas ce choix car ils font ce qu’ils aiment vraiment. L’organisation de leur emploi du temps se fait selon leurs propres critères de temps et de disponibilité.  La même enquête indique qu’environ 97% des freelances reconnaissant que leur travail est une activité plaisante et stimulante. Près de 8 freelances sur 10 ont indiquent qu’ils gagnent le même revenu ou plus que lorsqu’ils étaient salariés. Il est clair que le fait d’être indépendant peut se révéler beaucoup plus lucratif que l’activité de salarié. De fait, 4 freelances sur 10 reconnaît gagner mieux sa vie qu’auparavant.devenir micro entrepreneur

Outre la liberté d’exercer une activité qui leur plaît vraiment, les freelances peuvent organiser leur temps et leur journée du travail en fonction de leurs besoins et de leurs disponibilités.

[qodef_separator type=”full-width” color=”#91d8f7″ border_style=”dotted” thickness=”4″ top_margin=”32″ bottom_margin=”32″]

Conditions pour devenir micro entrepreneur

Cumuler un emploi et devenir micro entrepreneur est possible avec le régime de la micro-entreprise. Ce statut a pour objectif de simplifier l’exercice de petites activités indépendantes : le micro-entrepreneur peut exercer une activité commerciale ou artisanale en parallèle d’une activité principale, c’est-à-dire en complément d’un autre statut (salarié, demandeur d’emploi, retraité, étudiant…).

Déclarations simplifiées

L’auto-entrepreneur personne physique doit effectuer une déclaration d’activité simplifiée.

Ce dispositif ne concerne pas les autres statuts d’entrepreneurs (gérant de société, par exemple). Cependant, il est toujours possible de changer de statut et d’exercer une activité sous forme de société.

Le micro-entrepreneur peut domicilier son activité à l’adresse de son domicile personnel, sous réserve de souscrire une assurance professionnelle.

Le micro-entrepreneur a des obligations allégées en matière de comptabilité.

Un auto-entrepreneur qui souhaite changer de régime et quitter le statut d’auto-entrepreneur a différentes options.

Cotisations sociales

La déclaration d’activité d’auto-entrepreneur entraîne automatiquement l’option pour le régime micro-social simplifié.

Le régime micro-social est une modalité de règlement simplifié des cotisations et contributions sociales qui consiste en un paiement mensuel ou trimestriel. Il remplace les charges sociales obligatoires des travailleurs indépendants.

Son montant est calculé en appliquant un taux forfaitaire au chiffre d’affaires ou montant de recettes réellement encaissé : s’il est nul, il n’y a aucun prélèvement.

L’auto-entrepreneur doit déclarer son chiffre d’affaires de façon mensuelle ou trimestrielle (selon son choix), pour permettre le calcul des cotisations et contributions sociales et, s’il a opté pour le versement libératoire, le règlement en un seul prélèvement à la fois de l’impôt sur le revenu et les charges sociales.

devenir auto entrepreneur
De nombreux autoentrepreneurs combinent leur carrière avec les voyages : ils sont nomades digitaux.

Régime fiscal

Ce statut s’applique tant que le chiffre d’affaires réalisé ne dépasse pas les seuils du régime fiscal de la micro-entreprise.

D’un point de vue fiscal, l’auto-entrepreneur a le choix entre le régime de la micro-entreprise (régime de droit commun) et le prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu (régime optionnel) qui permet de régler, en un seul prélèvement social et fiscal, à la fois l’impôt sur le revenu et les charges sociales obligatoires.

Le régime d’imposition de la micro-entreprise est applicable à l’auto-entrepreneur, qui est un entrepreneur individuel imposé à l’impôt sur le revenu dans la catégorie  :

  • des bénéfices industriels et commerciaux (micro-BIC) pour une activité commerciale ou artisanale,
  • des bénéfices non commerciaux (micro-BNC) pour une activité libérale.

La déclaration de chiffre d’affaires est simplifiée.

L’auto-entrepreneur est exonéré :

  • de la TVA, car il bénéficie de la franchise en base de TVA,
  • de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), qui n’est due que par les entreprises réalisant plus de 500 000 € de chiffre d’affaires hors taxe,
  • de la cotisation foncière des entreprises (CFE) uniquement pour l’année de début d’activité (les années suivantes l’auto-entrepreneur est soumis à la CFE dans les mêmes conditions que les autres entreprises).

En revanche, au-delà de la première année d’activité, s’il exerce son activité à domicile, l’auto-entrepreneur est redevable de la CFE même si la taxe foncière est appliquée au domicile personnel.

Droits sociaux

En matière de protection sociale, l’auto-entrepreneur bénéficie de la même couverture sociale que les autres professions indépendantes, en matière de remboursements de consultations ou de médicaments, ainsi qu’en matière de droits à la formation continue.

Ce statut permet à un auto-entrepreneur d’être affilié à la sécurité sociale et de valider des trimestres de retraite, en s’acquittant forfaitairement de ses charges sociales et de ses impôts uniquement sur ce qu’il encaisse.

⚠️ L’auto-entrepreneur ne bénéficie pas de couverture de l’assurance chômage en cas de cessation d’activité. Il peut cependant souscrire volontairement un contrat d’assurance perte d’emploi auprès d’une assurance privée.

devenir micro entrepreneur

 

📥 Télécharger le guide complet
Dernière actualisation : Septembre 2018

Démarrer avec le dispositif ACCRE

En début d’activité, un micro-entrepreneur peut cumuler son statut avec le dispositif d’aide au chômeur créateur ou repreneur d’entreprise (Accre) afin de bénéficier de taux de cotisations sociales réduits, à condition de remplir les conditions ouvrant droit au dispositif.

L’Accre est un dispositif d’encouragement à la création d’entreprise, qui consiste principalement en une exonération de charges sociales et un accompagnement pendant les premières années d’activité.

Pour un micro-entrepreneur éligible, il s’agit d’une exonération partielle et progressive sur 3 ans de l’ensemble des charges sociales (pour les autres entrepreneurs, il s’agit d’une exonération totale sur une partie des charges sociales pendant 12 mois).

Cette mesure s’applique dans les limites de chiffres d’affaires du régime du micro-entrepreneur. Ainsi, le plafond spécifique de l’Accre (l’exonération porte sur la partie du revenu ne dépassant pas 21 578 €) est porté au niveau des seuils du régime fiscal de la micro-entreprise :

  • 170 000 € pour les activités de commerce et de fourniture de logement (hôtels, chambres d’hôtes, gîtes ruraux, meublés de tourisme),
  • 70 000 € pour les prestations de service et les professions libérales relevant des BNC et des BIC.

Le paiement des cotisations sociales pour le micro-entrepreneur s’effectue sur la base du chiffre d’affaires généré par l’activité.

Le micro-entrepreneur ayant obtenu l’Accre bénéficie de taux de cotisations sociales spécifiques réduits jusqu’à la fin du 11e trimestre civil suivant celui du début de l’activité.

À partir de la 4e année, le micro-entrepreneur bénéficiaire du dispositif Accre est soumis au même taux de prélèvement social que les autres micro-entrepreneurs.

Les taux sont progressifs sur les 3 périodes suivantes :

  • 25 % durant la 1e période (jusqu’à la fin du 3e trimestre civil qui suit le début de l’activité) :
  • 50 % durant la 2e période (4 trimestres suivants) :
  • 75 % sur la 3e période (4 trimestres suivants).

☝🏻Nouveautés 2018 : fin du RSI et modification des plafonds

Depuis le 1er janvier 2018, les micro-entrepreneurs sont directement rattachés au régime général de la sécurité sociale. Par ailleurs, les plafonds du régime micro-social sont relevés à 170 000 € pour les activités de vente de marchandises et 70 000 € pour les prestations de services.

Taux de cotisations sociales pour les auto-entrepreneurs bénéficiaires de l’Accre
(déclaration d’activité au 1er janvier 2018)
1e période2e période3e périodeTaux normal
Exemple avec une déclaration d’activité au 1erjanvier 2018Entre le 1erjanvier 2018 et le 30 septembre 2018Entre le 1eroctobre 2018 et le 30 septembre 2019Entre le 1eroctobre 2019 et le 30 septembre 2020À partir du 1eroctobre 2020
Vente de marchandises3,2 %6,4 %9,60 %12,8 %
Prestations de services artisanales ou commerciales5,5 %11 %16,5 %22 %
Professions libérales relevant du régime social des indépendants5,5 %11 %16,5 %22 %
Professions libérales relevant de la caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse (CIPAV)5,5 %11 %16,5 %22 %

Le dispositif concerne uniquement le prélèvement social forfaitaire, le taux forfaitaire fiscal restant inchangé (entre 1 %1,7 % ou 2,2 % selon le type d’activité).

Depuis le 1er janvier 2016, les travailleurs non salariés peuvent bénéficier de la prime d’activité sous certaines conditions.

⚠️ Si la sortie du régime de la micro-entreprise intervient dans les 12 premiers mois de création de l’activité en auto-entrepreneur (en cas de changement de statut juridique d’entreprise ou d’option pour le régime fiscal réel), le professionnel continue à bénéficier du régime d’exonération Accre classique de 12 mois à partir de la déclaration d’activité. En revanche, si la perte du régime micro-entrepreneur intervient après les 12 premiers mois d’activité, le bénéfice de l’Accre est perdu.

Toutes les informations présentes sur cette page ont été actualisées en Octobre 2018.

Franchir le pas et devenir nomade digital

Le marché du travail évolue, et l’intérêt des personnes aussi. Qui n’a pas rêvé de pouvoir exercer son activité professionnelle tout en voyageant? Partir à la découverte de nouveaux horizons et d’autres cultures. Depuis quelques années, le nomadisme numérique s’installe et de nombreuses personnes décident de quitter leurs emplois traditionnels pour voyager dans le monde et faire ce qu’ils aiment vraiment. Pourtant, quitter un emploi stable avec une bonne rémunération et une sécurité (relative) est une décision qui exige de la volonté. Il faut de sortir de sa zone de confort. Et même si faire le premier pas n’est pas aussi facile que cela puisse sembler, il n’est pas si compliqué de se lancer dans ce nouveau mode de vie.

Évidemment, on te dira sans doute que «tu es fou», qu’«il faut bien y penser», que «si j’étais toi j’attendrais un peu», etc. Ce sont des propos que tu as probablement déjà entendu. Mais la vérité se trouve à mon avis dans une petite question que tu dois te poser : Es-tus heureux d’aller travailler du lundi au vendredi de 9h à 18h? Si la réponse est oui, alors je pense que le reste de l’article ne fera pas sens pour toi.devenir micro entrepreneur

 

 

pourquoi passer de salarié à freelance
Une journée de travail ordinaire dans un coworking de Chiang Mai en Thaïlande.

devenir micro entrepreneur

La révolution du travail et de l’environnement social

Cette idée de vouloir changer de mode de vie va bien souvent au-delà de la problèmatique du travail. Elle se situe aussi dans l’idée que nous nous faisons de ce que doit être une bonne qualité de vie. Il faut reconnaître que passer du temps dans les transports des grandes villes génère du stress, entre autres. Et si tu es amateur de voyage, il est difficile de t’absenter plus d’une ou deux fois par an pour envisager un voyage.devenir micro entrepreneur

Avec l’arrivée prochaine de la 5G, le mode de vie nomade digital va se renforcer grâce à la vitesse grandissante de l’Internet. On estime que dans 20 ans, nous aurons accès au 6G et la fibre optique sera accessible dans presque toutes les villes du monde, même dans les endroits les moins développés.devenir micro entrepreneur

Au delà du progrès technique, il faut aussi compter avec la réalité démographique et sociétale qui se profile. Le nombre de mariages diminue et on estime qu’en 2035, le mariage ne sera plus la priorité. Ce qui était la norme devient peu à peu l’exception. Se marier, acheter un bien immobilier, une voiture et faire des enfants seront-ils encore les piliers de notre quête du bonheur? La question reste posée.devenir micro entrepreneur

formation digital nomad
[qodef_button size=”” type=”” target=”_self” icon_pack=”” font_weight=”” fix_bottom=”no” text=”► Rejoindre la formation” link=”https://www.planet-nomad.com/fr/formation-devenir-nomade-digital/”]

Lire aussi : Devenir nomade digital : comment bien réussir ?

Lire aussi : Digital nomad : 8 bonnes raisons d’être libre

 

❤️ Tu as aimé cet article?
😕 Tu as encore quelques doutes à ce sujet?
👇Laisse ton commentaire plus bas, nous te répondrons rapidement!

 

 Nous suivre sur Instagram @PlanetN0mad ►

 

 

.
Devenir micro entrepreneur: les clés de ta reconversion
.
Devenir micro entrepreneur: les clés de ta reconversion
.
Devenir micro entrepreneur nécessite un accompagnement et de nombreux conseils pratiques. Voici toutes les démarches et conseils pour micro entrepreneur.
.
.
Planet Nomad
.

Recommended Posts

6 Comments

  1. Super complet. Merci Michael!!

    • Merci Céline, heureux que ces infos puissent te servir 😉

  2. Salut la communauté des nomades 🙂
    Je suis micro entrepreneur depuis 1 ans et demi et je pense avoir fait le bon choix. En dehors des tâches administratives parfois très contraignantes (surtout en France), tout va bien! Quelqu’un a t-il essayé d’enregistrer son entreprise en dehors de France? Des retours d’expérience?

    • Salut Jérôme,
      J’ai rencontré de nombreux nomades qui ont décidé d’enregistrer leur entreprise en Estonie ou à Chypre. L’E-résidence est une option intéressante qui te débarrasse des contraintes de présence pour régler la partie administrative.
      Si çà t’intéresse, je te propose de lire cet article : https://www.planet-nomad.com/fr/e-resident

  3. Je vais quitter ma boite dans quelques semaines et je compte demander l’ACCRE pour démarrer mon projet
    je me demande si cette aide est sufisante ou si je dois avoir des fond personels pour devenir micro entrepreneur?

    • Tout dépend de ton activité Raul. Si celle-ce ne demande pas d’investissement particulier et si tu as déjà un portefeuille client, tu n’as pas à trop t’inquiéter. Par contre, c’est préférable d’avoir un capital de départ pour faire face aux coups durs 😉
      Bonne chance pour ton projet!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.